Où pratiquer le taekwondo WTF en France ?

Ca y est, vous êtes décidé à vous lancer, à pratiquer le taekwondo à la fois pour ses aspects techniques et ses aspects sportifs (ou un seul des deux bien sur :) ), et avant de pouvoir vous fournir moi-même une liste de clubs (bien que je préfère le terme coréen de dojang), voici où trouver les informations nécessaires…

Vous pourrez trouver tous les clubs de taekwondo affiliés à la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées (FFTDA) sur leur site à l’adresse suivante : trouver un club

Le moteur de recherche est très bien fait, vous pouvez chercher par région, par ville et même par tout ou partie du nom du club ou du contact !!

Pour être précis, il existe également une deuxième fédération de taekwondo en France (très minoritaire) laFédération des Clubs de Taekwondo Français (FCTF). Malheureusement je n’ai pu trouver de page sur leur site indiquant les dojang affiliés…

Si jamais vous faite partie de la FCTF n’hésitez pas à indiquer dans les commentaires quels sont les dojang de cette fédération…

Et pour ceux qui chipoteront je n’ai parlé ici que du taekwondo WTF…je ferai peut être une page prochainement sur le taekwon-do ITF ;)

Les 10 dates clés du taekwondo mondial

Le Taekwondo est un art martial jeune, qui est né de l’unification d’arts millénaires coréens. Vous trouverez donc ici les dates clés de sa jeune histoire, et vous aurez ainsi toutes les infos nécessaires pour passer vos futurs passage de grade ;)

Il faut tout d’abord rappeler que pendant l’occupation de la Corée par le Japon de 1910 à 1945, tous les arts martiaux coréens avaient été interdits et seuls les arts martiaux japonais (karaté, judo) étaient autorisés. A la libération les coréens décidèrent alors de créer un art martial unifié afin de cimenter l »identité nationale »;)

Voici les grandes dates de cette épopée :

* Les plus grands experts des différents arts martiaux coréens se réunirent donc sous la direction du général Choi Hong Hi, lui-même pratiquant de Taekkyon et de Karaté, et le Taekwondo fut officiellement créé en 1955. Des équipes de démonstration furent alors envoyées dans le monde entier afin de faire découvrir ce nouvel art martial.

* En 1959 est créée la première fédération de taekwondo : la KTA (Korea Taekwondo Association), dont le Général est le président.

* La fédération internationale de taekwondo (ITF) fut ensuite créée en 1966, sous la présidence du Général Choi. Cette fédération comprenait la Corée, le Viêt Nam, la Malaisie, Singapour, l’Allemagne de l’Ouest, les États-Unis, la Turquie, l’Italie et les Émirats arabes unis.

* En 1971, le gouvernement coréen décida de construire le Kukkiwon, centre mondial du taekwondo à Séoul en Corée.

* Après avoir fait une démonstration de taekwondo en Corée du Nord en 1966, la situation politique devient de plus en plus délicate pour le Général Choi, cette initiative ayant été désapprouvée par le pouvoir et par ses opposants. En 1972, il est contraint à l’exil et installe l’ITF à Toronto au canada.

* En 1973, la Corée du Sud ne voulant pas perdre le taekwondo créée la WTF (World Taekwondo Federation) avec Kim Un Yong comme Président, qui s’engage sur la voie de l’olympisme comme vecteur de propagation.

* En 1988, le taekwondo est sport de démonstration aux Jeux Olympiques de Séoul

* En 1992, le taekwondo est sport de démonstration aux Jeux Olympiques de Barcelone

* En 2000, le taekwondo est sport officiel aux Jeux Olympiques de Sydney.

* Le Général Choi décède en 2002. Sa succession se passe dans la douleur, et l’ITF se scinde en trois fédérations.

Voilà j’espère n’avoir rien oublié concernant le taekwondo mondial…sans entrer trop dans les détails. Si vous voyez un gros oubli n’hésitez pas à me le signaler dans les commentaires.
Et prochainement je ferai le même article sur le taekwondo français.

Festival des Arts Martiaux de Perpignan

Samedi 15 mai 2010 à 20h se déroulera la 1ere édition du Festival des Arts Martiaux de Perpignan, au Satellite du Palais des Expositions. Au programme 3h de spectacle martial de grande tenue avec notamment du Kung Fu, du Karaté, de l’Aikido, du Tai Chi Chuan, du Judo.

Au programme également pour les amateurs d’arts martiaux coréens : du taekwondo et de l’haidong gumdo.

Le taekwondo sera représenté par Maitre Kang Seung Sik, 8ème dan, qui a importé et développé le taekwondo dans la région, ainsi que par son fils et ses élèves ceintures noires.

Le haidong kumdo, art du sabre coréen, sera lui représenté également représenté par une personnalité du taekwondo : Daniel Formichi, enseignant reconnu à Montpellier, 5ème dan de taekwondo et 1er dan de haidong kumdo.

Si vous avez la chance d’être dans cette belle région, n’hésitez pas il s’agira sûrement d’un grand moment!
Vous trouverez le programme complet de cet évènement sur le site du festival.

Les règles combat WTF

compétition taekwondo WTF

Rohullah Nikpai(en bleu) offre à l’Afghanistan sa première médaille olympique

Le taekwondo WTF comporte un aspect sportif très important : en effet il est sport olympique depuis 2000. Les règles de cette composante sportive ont constamment évolué afin de rendre les combats plus spectaculaires et plus clairs pour les (télé)spectateurs. Ainsi l’année 2009 a vu apparition dans les compétitions importantes du plastron électronique permettant de valider automatiquement les points, ainsi que la possibilité de recourir à la vidéo.

Voici un aperçu des règles essentielles à la compréhension d’un combat WTF.

Les protections obligatoires
Les compétiteurs doivent porter un casque, un plastron, des protèges avants bras, des protèges tibias, un protège dents et des gants.

Aire de compétition
Il s’agit d’un carré de 8 m x8m dans lequel un arbitre central prend position. Cet arbitre est assisté de 4 juges (un à chaque angle).

Durée du combat
Chez les seniors elle est de 3 rounds de 3 minutes chacun, avec un repos de 1 minute entre chaque. En cas d’égalité un 4ème round sera effectué, au point en or.

Coups autorisés
Ils sont portés avec les pieds (n’importe quelle partie sous la cheville) à destination de la tête ou du plastron, ou avec les poings fermement serrés à destination du plastron.

Décompte des points
A la tête avec les pieds : 3 points
Au plastron en coups de pied retourné : 2 points
Au plastron avec le pied ou le poing : 1 point

Validation des points
Les compétitions de taekwondo ont vu l’apparition des plastrons électroniques, permettant de valider automatiquement les coups portés au plastron. Dans les cas (les plus courants) ou les plastrons électroniques ne sont pas utilisés ou en cas de coup à la tête,un point est valable s’il est attribué par au moins 3 des 4 juges.

Pénalités
les pénalités se décomposent en avertissements (kyong-go) et sanctions (Gam-jeon). 2 avertissements ou 1 sanction donnent 1 point supplémentaire à l’adversaire.

Victoire
La victoire peut être déclarée par KO ou arrêt de l’arbitre, par score final à l’issue des rounds, ou par disqualification après 8 avertissements ou 4 sanctions.

Voilà vous savez tout sur la compétition combat WTF. Vous pourrez maintenant les suivre sans probèmes à la télé (oui quand ca passera :) ). Et dans un prochain article je détaillerai les règles de la compétition ITF.

Taekwondo vs Taekwon-Do

 

idéogramme taekwondo

tae kwon do

La création par le Général Choi Hong Hi du taekwondo en 1955 a finalement donné naissance à 2 arts martiaux bien différents : le taekwondo WTF et le taekwon-do ITF. Ce dernier étant peu répandu et peu connu en France (ce qui n’est pas forcément le cas à l’étranger), je vous présente ici les différences les plus flagrantes à mes yeux.

Le Dobok

Il s’agit là du signe distinctif le plus évident entre le taekwondo et le taekwon-do. C’est la première différence que l’on remarque (et parfois cela aide à distinguer une vidéo WTF d’une vidéo ITF :) ).
Le dobok du taekwondo WTF est constitué d’un pantalon blanc et d’une chasuble blanche , avec un col blanc pour les ceintures de couleur, et un col noir pour les ceintures noires.
Le dobok du taekwon-do ITF est lui constitué d’un pantalon blanc et d’une veste blanche. La veste porte une bande noire pour les ceintures noire, cette bande étant présente en plus sur les manches et les jambes à partir du 4ème dan.

La Compétition

La compétition WTF se fait au KO. Les compétiteurs sont protégés avec casques et plastrons mais les coups sont portés à plein puissance. Il faut noter que le plastron élecronique a fait son apparotion, ainsi que la vidéo, afin d’aider ou suppléer les juges dans leurs décisions.
En ITF il s’agit de semi-contact, c’est à dire que les coups doivent être arrétés juste avant (2cm officiellement) la touche. Dans les faits il peut donc y avoir des KO, sur des coups qui ne sont pas assez retenus…Il n’y a pas de protections, hormis pour les pieds et les poings.

Les Formes

Les formes sont une forme de travail conventionnelle, représentant un combat réel contre des adversaires imaginaires. La difficulté des formes augmente au fur et à mesure de la progression du pratiquant.
On parle alors des poomsé pour le taekwondo et des tul (anciennement hyung) pour le taekwon-do. Les poomsé ont été créés tard, en 1973 au moment de la création de la WTF, et sont au nombre de 17 (8 taegeug poomsé et 9 poomsé supérieurs).
Les tul, eux, sont les formes originellement créé par le Général Choi, au nombre de 24 (comme les 24h du jour).

Le Mouvement de la vague

La différence peut être la plus importante entre les deux. Le mouvement de la vague (sinewave : mouvement sinusoïdal) est spécifique au taekwon-do. Introduit au début des années 80 ce mouvement consiste à abaisser puis élever son corps au moment de la préparation du mouvement puis à abaisser celui-ci lors de l’exécution de la technique de façon à générer plus de puissance.

 

Le mouvement de la vague

Le mouvement de la vague

Et surtout n’oubliez pas de me faire part de vos commentaires si vous constatez des inexactitudes ou des manques dans ce que vous lisez.

Les règles combat ITF

Pour faire suite à l’article sur les règles de la compétition dans le taekwondo WTF, voici maintenant les règles concernant le taekwon-do ITF. J’espère ne pas trop dire de bêtises car je connais quand même beaucoup moins…Alors en cas d’erreur(s) merci de m’en faire part…

Bien que moins médiatique que son homologue WTF, le taekwon-do ITF dispose donc également d’une composante compétition combat. La grande différence entre les 2 systèmes, comme déjà signalé dans les différences entre le taekwondo et le taekwon-do, étant le KO en WTF et le semi-contact en ITF (il faut arrêter son coup juste avant l’impact).

Les protections obligatoires
Les compétiteurs doivent porter gants, protèges pieds et protège dents.

Aire de compétition
Il s’agit d’un carré de 9 m x 9 m dans lequel un arbitre central prend position. Cet arbitre est assisté de 4 juges (un à chaque angle).

Durée du combat
Chez les seniors elle est de 2 rounds de 2 minutes chacun, avec un repos de 1 minute entre chaque. En cas d’égalité un 3ème round d’1 minute sera effectué, puis ensuite le premier qui marque sera déclaré vainqueur (point en or).

Coups autorisés
Ils sont portés avec les pieds ou les poings à destination de la tête ou du tronc. La grosse différence avec le taekwondo WTF étant donc qu’on peut viser la tête avec les poings).

Décompte des points
Le calcul des points est plus compliqué qu’en WTF, avec une prime aux coups spectaculaires.
Au tronc avec le pied ou le poing, à la tête avec le poing : 1 point
à la tête avec les pieds, à la tête avec les poings en sautant ou au tronc avec les pieds en sautant : 2 points
Les techniques retournées (180° ou 360°) donnent entre 3 et 5 points selon les cas.

Validation des points
Comme en taekwondo WTF, un point est valable s’il est attribué par au moins 3 des 4 juges.

Pénalités
les pénalités se décomposent en avertissements, déductions de points et disqualifications. 3 avertissements ou 1 déduction sont sanctionnés par 1 point en moins (carton jaune). Une disqualification peut être infligée en cas de contact trop appuyé.

A noter une règle intéressante : une pénalité de 2 points est infligée si un combattant n’effectue pas au moins un coup de pied sauté retourné par round.

Victoire
La victoire est accordé a à celui qui obtient le plus de points à l’issue du combat.

Voilà donc les points essentiels des règles de la compétition combat ITF. J’essaierai de poster dans un prochain article des vidéos de ces 2 styles de compétition.

La ceinture sert à tenir le dobok

En rédigeant l’article présentant les grades et ceintures en taekwondo, je me suis remis à réfléchir sur le sens et l’importance à donner à ces grades.

En effet même si on a coutume de dire dans les arts martiaux que la ceinture, c’est surtout pour tenir le pantalon – ce qui signifie en gros que la couleur de la ceinture on s’en fout et que ce qui est important c’est de travailler pour soi – il me semble quand même que les grades tiennent un rôle important dans le taekwondo (aujourd’hui car ca n’a peut-être pas toujours été le cas).

Si je jette un coup d’œil dans le rétro et que j’essaie de me remémorer mes débuts, je me rends compte que j’y ai également accordé beaucoup d’importance. J’avais envie de passer au plus vite mes grades, de changer de couleur, je stressai (et stresse toujours :) )avant la présentation du poumsé…et j’étais heureux du succès ou déçu de l’échec… Je pense que tout cela fait partie du charme.

Parmi les pratiquants d’arts martiaux en général et donc de taekwondo, certains sont absolument contre les grades, d’autres contre les passages, d’autres contre les signes distinctifs.

Concernant les grades je trouve qu’il est nécessaire d’en avoir. Cela permet d’étaler la progression technique et donc de toujours découvrir de nouvelles choses au cours de sa pratique. C’est encore plus nécessaire pour les enfants pour qui c’est une grande source de motivation. C’est d’ailleurs pour cela que les enfants ont plus de grades et de couleurs de ceinture que les adultes.

Concernant les passages de grade, je pense qu’ils ne reflètent pas réellement le niveau, notamment à cause du stress que l’on peut éprouver. De plus est-ce pertinent de juger tout le monde sur les même critères, que l’on ait 20 ou 50 ans, que l’on ait déjà pratiqué d’autres arts martiaux ou non, etc. Dans ces cas-là c’est à l’enseignant d’adapter son jugement et sa notation, ce qui est malheureusement impossible dans les passages de grades nationaux. C’est pour ces raisons que je suis plus favorable à une évaluation continue, mais ca reste peu pratiqué (je l’ai déjà vu en Aïkido).

Concernant enfin les signes distinctifs, je pense que l’on pourrait s’en passer sans trop de problèmes. En effet dans un dojang tout le monde se connait et la ceinture ne sert pas alors à connaitre la valeur de l’autre : on la connait grâce aux entrainements effectués avec l’autre. Si on arrive pour s’entrainer dans un autre dojang il suffit de se présenter avant, et alors nul besoin d’afficher fièrement son grade….
Je me souviens également qu’après avoir changé de dojang après un long arrêt j’étais gêné d’arborer une ceinture alors que je n’avais plus le niveau correspondant…
Les signes distinctifs des grades ne font, pour moi, qu’encourager à se comparer aux autres, que forcer l’esprit de compétition qui n’a pas forcément sa place dans un art martial.
C’est pour cela que j’apprécie la philosophie de l’aïkido, qui n’a que 2 couleurs de ceintures (blanche et noire) plus le port du hakama pour distinguer les grades.

Pour conclure je dirais qu’il me semble que l’importance que l’on accorde à la ceinture et aux grades est proportionnelle à son degré d’avancement dans l’art martial…les débutants y accordent une importance très grande, et les anciens beaucoup moindre. Certains même arrêtent de passer des grades arrivés au 1er ou 2ème dan, sans pour autant cesser de pratiquer….

Les grades me paraissent donc être une étape nécessaire dans sa pratique, mais ne surtout pas être une fin en soi.

Et vous, que pensez-vous des grades et des ceintures ? Est-ce très important pour vous ? Tout commentaire est le bienvenu…

Comment bien choisir son dojang ?

Ca y est vous avez décidé de pratiquer le taekwondo. Bravo et félicitations ! :-) Mais le plus dur commence maintenant. Alors pour vous faciliter la vie,  je vous propose déjà 10 conseils pour être sur de bien choisir son club (ou dojang) et démarrer de la meilleure des manières dans la grande aventure du taekwondo :

1) Allez voir le site internet du dojang s’il existe. Cela permet déjà de récupérer une foule de renseignements (nom du ou des professeurs, horaires, tarifs), de voir des photos ou vidéos des entrainements, de voir si c’est un club plus orienté compétition ou technique….

2) Pour pratiquer le taekwondo en France, il vaut mieux s’assurer que le dojang est affilié à la FFTDA. Cela permet notamment de voir ses grades reconnus, de pouvoir faire des compétitions ou de participer à des stages. Vous pouvez vérifier cela en cliquant sur ce lien.

3) De même il n’est pas inutile de s’assurer que le professeur principal possède bien un diplôme d’enseignement de taekwondo reconnus (DIF, Brevet d’état). Normalement cela devrait être le cas si le dojang est bien affilié à la FFTDA. La liste des diplômes des enseignants se trouve ici (mais je ne suis pas sur que ce soit tout à fait à jour).

4) Rendez vous sur place avant un entrainement et observez la salle. Elle doit être propre, spacieuse, disposer de sanitaires suffisants (dont douches, indispensables après un entrainement intensif !! :) )

un superbe dojang de taekwondoun superbe dojang de taekwondo (photo scottfeldstein)

5) Observez les pratiquants.  Regardez leur nombre, âge, sexe, niveau : plus il y a de mixité mieux c’est. S’il y a trop de monde peut-être qu’on ne prendra pas le temps de s’intéresser à vous…et s’il y en a trop peu c’est peut-être un signe de désaffection des cours…S’il y a beaucoup de ceintures noires ca peut être signe de la compétence de l’enseignant…

6) Observez un ou plusieurs cours. Les élèves sont-ils attentifs ? Le professeur est-il respecté, propose-t-il des exercices variés ? Les exercices correspondent-ils à ce que vous recherchez ? (sport, technique, self-defense…)

7) Regardez la variété des horaires, accessibilité depuis chez vous, le prix. Y a-t-il des cours spéciaux pour les débutants ? pour la compétition ? pour la technique ?

8) Faites une ou plusieurs séances d’essai (la plupart des clubs en propose au moins une).

9) Dans la mesure du possible essayez plusieurs clubs de taekwondo et comparez.

10) Et surtout, si vous ressentez un coup de coeur pour un dojang plutôt qu’un autre n’hésitez pas foncez : c’est le bon :)

Ensuite ? Et bien ensuite vous n’avez plus qu’à vous inscrire, achetez un beau dobok , mettre une ceinture blanche..et c’est parti…à vous de jouer et bonne route :-)

Si cet article vous a plu ce serait gentil de me le faire savoir en indiquant à vos amis de facebook que vous aimez ce site ! (il vous suffit de cliquer sur le bouton “j’aime” dans la colonne de droite). Merci à vous.

 

Maitre Lee Kwan Young, pionnier du Taekwondo en France

Maitre Lee Kwan Young est l’homme qui à introduit le Taekwondo en France. Venu de Corée, il est arrivé en France en 1969 et n’a cessé d’œuvrer pour développer le “karaté coréen” en France. Voici son histoire…

Maître Lee Kwan Young et le Taekwondo

Maitre Lee Kwan Young est né à Séoul (Corée) en 1946. Son enfance se déroule dans un pays en guerre (la guerre de Corée de 1950 à 1953). Il se tourne tôt vers les arts martiaux : à 8 ans il débute le Tang Soo Do (avant que celui-ci devienne ensuite le Taekwondo en 1955).

Il étudie dans l’école de la Vague Bleue (le Chung Do Kwan), sous la direction des Maîtres Uhm Woon Kyu etPark Hae Man.

Plus tard dans les années 1966 – 1967 il participe à la guerre du vietnam au sein de la 9ème division d’infanterie de Corée (la division White Horse).

En 1968, alors 4ème dan, il est capitaine de l’équipe du Chung Do Kwan et remporte la Coupe du Président de la République de Corée.

En 1969 il remporte un concours organisé pour désigner celui qui ira introduire le Taekwondo en France. Bien que ne parlant pas un mot de français, il arrive donc en France en 1969 et débute l’enseignement du Taekwondo en région Parisienne.

Il sera nommé 9ème dan de Taekwondo en 1988.

Maitre Lee Kwan Young enseigne toujours à Montreuil, dans son Académie Lee Kwan Young d’Arts Martiaux Coréens

Maître Lee Kwan Young et les autres arts martiaux

Maître Lee kwan Young a toujours été intéressé par d’autres arts martiaux. Il est notamment 9ème dan deHapkido et 5ème dan de Judo. Il enseigne également le Haedong Gumdo (le sabre coréen) et le Hoshin Moosool, sorte de synthèse de ses (énormes) connaissances en taekwondo et hapkido !

Maître Lee Kwan Young et le cinéma

Maître Lee a toujours aimé le spectacle et notamment le cinéma. Remarqué par des metteurs en scène de Hong-Kong dès les premiers championnats du monde de Taekwondo en 1973, il tournera 4 films en 1975.

Il délaissera ensuite le cinéma hongkongais mais fera quelques apparitions dans des films comme “tout feu tout flamme” avec Yves Montand ou “Le retour de Lemmy Caution” avec Eddie Constantine.

L’Héritage de Maître Lee Kwan Young

Surnommé le tigre du matin calme, le taekwondo français doit énormément à cet homme. C’est grâce à lui que le taekwondo a pu s’implanter en France, puis se développer et acquérir ses lettres de noblesses. Il a formé un très grand nombre de ceintures noires en France, comme par exemple Benjamin John, Patrick Stanczak, Michel Carron, Bruno Tambouez, Thieman Doucara, qui a leur tour transmettent l’enseignement du Maître…Cet homme a fortement marqué tous ceux qui ont un jour croisé sa route. Il n’y a qu’à voir le nombre de personnes présentes à la fête organisée pour ses 40 ans de présence en France pour s’en convaincre !

Les 40 ans en France de Maître Lee Kwan Young

Si vous avez aimé cet article et ce site, vous pouvez l’indiquer en cliquant sur le bouton “j’aime” dans le bandeau de droite…merci…

 

« Taekwondo Hwarangdo » n°47

Voici aujourd’hui une chronique de ce que vous pourrez trouver dans le magazine “Taekwondo Hwarangdo” de mars/avril/mai 2011. Ce magazine, la plupart d’entre vous le connaissent, est celui édité par la fédération française de taekwondo. Je me propose donc de vous faire un petit compte-rendu de lecture de ce magazine a chaque parution, ainsi que pour l’autre magazine du taekwondo, Taekwondo Choc. Vous trouverez également des liens affiliés vers un site proposant la vente de ces magazines (malheureusement pas encore en téléchargement mais ca viendra surement bientôt), donc merci si vous passez par ces liens pour acheter ces magazines…

 

acheter taekwondo hwarangdo numéro 47 cliquez ici pour acheter le numéro 47 de “Taekwondo Hwarangdo”

 

Le sommaire de ce numéro

  • Les championnats de France seniors 2011
  • Le Tournoi International de Paris 2010
  • Les nouvelles responsabilités de Michaël Aloïso
  • Portrait du nouveau DTNA Daniel Emelin
  • Les résultats des championnats de France Cadets et Espoirs
  • Les résultats de l’Open de Suède (juniors), US Open (Filles/garçons) et Open d’Iran (filles)
  • Portrait de Stevens Barclais (champion de France 2011 –63 kgs)

 

Ce qu’il faut en retenir

  • Les championnats de France seniors 2011

Pas moins de 8 pages de ce numéro sont consacrées, évènement oblige, à ces championnats de France seniors. Avec, bien entendu, une pleine page sur le retour de Pascal Gentil. A noter une bonne idée : présenter un petit compte-rendu de chaque finale (cela en fait quand même 16) avec une photo, et un petit mot de chaque vainqueur. Vous trouverez également les podiums de chaque catégorie.

  • Les nouvelles responsabilités de Michaël Aloïso

Michaël Aloïso était le Directeur Technique National Adjoint, il devient Conseiller technique auprès de la ministre des sports. Outre qu’on ne sait pas très bien en quoi cela va consister (“être force de proposition pour notre ministre”…), ca me parait assez bizarre de changer de poste une personne importante de la fédération en pleine préparation olympique. Il est remplacé par une personne qui vient de l’extérieur, Daniel Emelin, qui était auparavant DTN de la fédération de lutte, puis DTN de la fédération de tir !!

  • L’Open d’Iran

Le compte-rendu d’une expérience très forte pour la délégation féminine française qui a participé à l’Open d’Iran et remporté 2 médailles avec Yasmina Aziez et Anne-Caroline Graffe.

  • Stevens Barclais

Le portrait d’une valeur montante du taekwondo français, qui a découvert le taekwondo à 20 ans sous la houlette de Ludovic Vo, et est devenu champion de France quelques années plus tard.

Les moins

Dans ce numéro, comme souvent dans “Taekwondo Hwarangdo”, la part faite à la partie sportive du taekwondo et aux compte-rendus de compétition est trop forte à mon goût. Dans ce numéro c’est encore plus prononcé, sûrement à cause de l’actualité (championnats de France, changement de DTNA), mais même pas un peu de technique à se mettre sous la dent…c’est dommage…

Les plus

De belles photos et une couverture complète des championnats de France.

Conclusion

Voilà cette première chronique d’un magazine est maintenant terminée pour ce numéro qui ne restera pas dans les annales, mais essentiel tout de même pour le compte-rendu des championnats de France seniors. Et si cette chronique vous a plu rejoignez moi sur Facebook ! (un petit clic sur “j’aime” dans la colonne de droite). Merci.